www.sarahbessis.fr Psychothérapie & Psychanalyse Paris 18 ème
Accueil > Consultations > Enfants > Traitement de l'énurésie chez l'enfant - Consulter un psychologue pour enfant à Paris 18

Traitement de l'énurésie chez l'enfant - Consulter un psychologue pour enfant à Paris 18

Consulter un psychologue pour l'agréssivité chez l'enfant à Paris 10éme

cliquez sur les images pour les agrandir


Fréquente et banale chez l’enfant, le plus souvent chez le garçon, l’énurésie est l’un des motifs de consultation de psychologue les plus courants.

L’énurésie est une émission d’urine dont le déclenchement est involontaire et inconscient, le plus souvent pendant le sommeil. On parle d’énurésie diurne lorsqu’elle survient durant la journée et qu’elle s’accompagne de mictions fréquentes et répétées (ou pollakiurie) et d’énurésie nocturne lorsqu’elle survient exclusivement la nuit. D’autre part, il est à distinguer l’énurésie primaire de l’énurésie secondaire : l’énurésie primaire décrit le symptôme d’un enfant n’ayant jamais acquis la propreté, tandis que l’énurésie secondaire survient après une période prolongée de contrôle.

L’organisation du contrôle mictionnel est une étape importante du développement de l’enfant. Elle résulte de l’intrication de plusieurs facteurs tant somatiques, qui eux nécessitent une certaine maturation, que d’investissement psycho-affectif de ces fonctions.

La propreté diurne est sensée être acquise à 2 ans, cependant même si des accidents peuvent survenir de temps à autre entre l’âge de 4 - 6 ans, elle précède toujours la propreté nocturne. Le contrôle de la miction s’établit normalement entre 1 an et 3 ans et demi, successivement de jour puis de nuit. C’est un processus complexe car il implique tout à la fois la maturation vésicale et urétrale, la capacité d’interpréter la sensation de réplétion et la décision de tenir compte des circonstances environnementales qui permettent immédiatement ou de manière différer de pouvoir soulager ou au contraire de renoncer au plaisir d’agir librement indépendamment de toute règle sociale. C’est l’acquisition de la propreté.

A noter que l’énurésie nocturne est plus fréquente et banale que l’énurésie diurne.  Dans les deux cas, il est important que l’enfant puisse parler de son ressenti face à ce qu’il vit, car ce symptôme est souvent source de honte et d’humiliation et il n’est pas rare de retrouver chez l’enfant de l’anxiété et/ou de l’agressivité.

Bien que des causes physiologiques soient incontestablement à mettre en jeu dans certains cas ; d’ailleurs, il est conseillé d’étudier les éventuels causes urologiques ou endocriniennes, il n’en demeure pas moins que nombre d’entre eux soient liés à des conditions affectives et émotionnelles et que la cause en soit psychique.


Comme tout symptôme, l’énurésie est le reflet de conflits inconscients dans lequel est pris l’enfant et qu’il solutionne à sa façon, par l’énurésie. Cela implique une fixation ou une régression à un stade antérieur de développement où l’enfant tente de gérer ses excitations pulsionnelles ou encore d’éteindre le feu de ses passions.

Seule une psychothérapie permet l’élucidation du sens inconscient de l’énurésie et de démêler le nœud conflictuel dans lequel est pris l’enfant.
Contactez-nous